Un nouveau blog à mettre en favoris

Bonjour à tous,

 

Je suis contrainte de continuer mes récits sur un nouveau blog à cause du manque de memoire pour vous montrer des photos !

 

Le nouveau s’appelle apiedmaispasque2 c’est original n’est ce pas?
Voici le lien : www.apiedmaispasque2.wordpress.com

Si ca ne fonctionne pas écrivez le dans la barre d’adresse.

La bise et à bientôt



trajet Hoi An à Hué

Nous avons décidé hier de prendre un bus à hoi an pour nous rendre à Hué. Il y a environ 300km, mais ce sera plus pratique que de prendre un bus jusqu’à Danang puis prendre le train jusqu’à hué. On paye à l’hôtel, mais ils ne nous donnent pas de tickets. On trouve ca un peu bizarre mais on n’a pas le choix visiblement…
Un taxi passe nous prendre à l’hôtel et nous laisse à la gare de bus, ou plutôt sur une place en terre. 5minutes plus tard, un homme vient vers les voyageurs qui patientent et demande qui va à Hué. Nous !
Vous avez des tickets ?
Non… On a payé à l’hôtel.
Quel hôtel?
Thanh Binh.
Ok, suivez moi !
On rentre dans le bus qui est un bus couchettes. On doit bien entendu enlever nos chaussures et nous trouver 2 couchettes. Ca éclate Lison, c’est à sa taille ! On roule bien vu l’état des routes, mais les bus sont les rois de la route, donc, un coup de klaxon et tout le monde se pousse, pas besoin de freiner dans les croisements ! Après 2 heures, il est 9h30, le bus s’ arrête dans une gargote, genre routier et le chauffeur s’ ecrie : restaurant ! Bon, dommage, Lison vient de s’ endormir et l’arrêt du bus la réveille…
On descend pour se dégourdir les jambes pendant que les chauffeurs mangent leur petit déjeuner salé. Le bus est même lavé à grande eau, il fume de partout. Après une demi heure, on reprend la route, on est dans les montagnes, on roule au pas car un camion de noix de coco peine à avancer ! Ca nous permet de profiter du paysage, et Lison mange des gâteaux que lui donne un couple avec un bébé. Du coup, on négocie avec Lison pour qu’elle donne un de ses jouet au bébé, ce qu’elle accepte à notre grande surprise ! Adieu petit rhinocéros offert par un punk thaï et arrivant dans les mains innocentes d’un nourrisson !
Reste quelques km pour nous préparer à l’invasion de la sortie du bus. Ca y est, prêts ? Partis! On se fraye un chemin dès les escaliers, taxi, moto, hôtel, on nous harcèle littéralement ! Le temps de déplier la poussette, ils sont 5 à regarder Lison On la pose dedans et quand on relève la tête, il y en a le double. Quel comité d’accueil ! On s’ enfuit, on n’a même pas regardé le plan, mais c’est pas grave, on verra ca plus tard. D’ailleurs, on a bien fait car on est tombé sur un couple qui cherchait à aller en ville à moindre coût. On a donc partagé un taxi qui avait probablement modifié son compteur vu le prix pour la distance parcourue ! Ils ont réservé dans un hôtel, on va voir les chambres, le prix nous convient, on signe pour 2 nuits !
J’adore quand ca se passe aussi bien que ca ! On a même une salle de bain en marbre ! Si si ! Ensuite, on part manger dans le restaurant attenant à notre hôtel, super accueil, Lison est choyée, voire un peu trop à son goût et le patron est un très bon photographe qui a notamment exposé en France.
C’est Mr Cu, il a un site web : www.mrcumandarin.com Allez faire un tour, ca vaut le detour !

La bise



Hoi An

Hoi An est une charmante petite bourgade où nous sommes restés 2 jours. Nous avons arpenté toutes les rues. Les boutiques de tailleurs sont côte à côte, il y en a des rues entières. Se faire tailler un costard est chose courante chez les touristes !
C’est très agréable comme ville, de jour comme de nuit.
Il y a même un très connu pont couvert japonais, vraiment joli !

Hoi An
Album : Hoi An

3 images
Voir l'album

La bise



Ho Chi Minh

A peine arrivés au Vietnam, à Ho Chi Minh que nous sommes accueillis à bras ouverts par Sandrine et ses deux fils dans leur résidence.
C’était super, on a pu se reposer avant de reprendre la route et elle avait bien raison en nous disant qu’un peu de luxe ca ne fait pas de mal ! Nous avons donc profité de la piscine tous les jours, voire plusieurs fois par jour…
Nous sommes quand même allés part deux fois à Ho Chi Minh, pour trouver des couches et un guide du Vietnam.
Contrat rempli, hop à la piscine !
Même si nous ne sommes pas restés la journée entière en ville, le trafic intense, le bruit ca fatigue ! La circulation en ville, vaudrait un article à elle toute seule. Faites moi y penser, je prépare le sujet !

Merci encore à Sandrine, Matteo et Pacco de votre accueil si chaleureux et profitez bien de votre croisière ce week-end !

Notre prochaine étape est Danang, pour quelques euros en plus on choisi l’avion. Un vol domestique ca peut être sympa !
En effet, c’est assez drôle.
Tout d’abord, lison s’ est fait tâter la couche par un ancien militaire pour savoir si c’est une fille ou un garçon. Olivier a eu le reflex de virer la main du monsieur très vite, heureusement !

Ensuite, les vietnamiens ne savent pas faire la queue, ils ne poussent pas mais réussissent à te contourner et passer devant toi sans que tu ne t’en aperçoive.
Ces queues ont durées jusque dans l’avion. C’est un peu ridicule puisque tout le monde finira par s’ assoir !
Bref, l’avion fini par décoller et des petits cris s’ échappent deci delà, on se serait presque crus dans un manège à sensations ! Bilan, les vols domestiques, c’est parfait pour se fondre dans la population.

La bise



île du Nord

Voyons, voyons. Que dire de l’île du Nord ?

Nous avons décidé lors de nos derniers jours dans l’île du sud de ne pas aller faire de tour de bateau pour voir les baleines. Ce fût un choix difficile mais si on avait décidé d’y aller, Lison n’aurait pas pu nous suivre ce qui impliquait 2 sorties, de plus, nous devions aller plus vers le sud de l’île et donc « perdre » du temps pour l’île du Nord. Donc direction Picton, d’où nous prenons le ferry !

Ma deuxième chance pour le paysage ! J’ai passé tellement de temps sur le pont à regarder le paysage et le sillage du ferry en quête d’un ou deux dauphins, que j’ai attrapé un bon torticolis. Sans avoir vu de dauphins, cela va sans dire ! Je passe le fait qu’Olivier ne soit sorti qu’une dizaine de minutes mais qu’il a vu des dauphins jouer dans notre sillage, ca m’énerve !

On part ensuite au nord de wellington, nous nous arrêtons dans un camping à Paraparaumu. Notre emplacement est l’aire de jeux. On a un gros trampoline à 10cm du capot ! Chouette, Lison est frustrée de ne pas pouvoir jouer dessus faute de protections.

Le lendemain, on file encore un peu plus au nord,nous ferons étape à Wanganui. Ils font rêver ces noms ? Et bien, c’est encore mieux en vrai, il y à des maoris partout et il faut l’avouer, on à pas trop envie de les ennuyer !
Ce soir, nous décidons de faire nos visas vietnamiens sur Internet, comme on l’a prévu depuis un moment. Une belle surprise nous attend sur le site de l’ambassade du Vietnam, outre le prix qui a été multiplié par 4, il y a des risques de faire les visas sur Internet car des sites frauduleux semblent profiter de cette montée des prix pour délivrer de faux visas. Heureusement qu’il y a une ambassade du Vietnam en nouvelle Zélande, qu’elle est sur cette île et que ce n’est pas si loin !

En effet, le lendemain, nous partons pour Porirua, une petite ville en banlieue de wellington. Ainsi, nous seront prêts à nous rendre à l’ambassade à la 1ère heure lundi matin. Ici, Lison approche son 1er âne, lui donne du pain, il la remercie en tirant la langue. Un âne subtil ! On a remarqué quelques heures après que Lison a le sens de l’observation. En effet, on lui demande comment fait l’âne, pensant au « hihan »qu’on lui répète depuis quelques jours et non, cette fois, pas de hihan mais une petite langue qui sort sur le côté, exactement comme faisait l’âne ! Nous ferons aussi un tour au zoo lundi après être passés à l’ambassade et avoir appris que nous devons laisser nos passeports 5 jours ! Soit 3 jours avant notre départ d’Auckland.
On décide de reprendre la route vers le nord et qu’ un d’entre nous prendra le bus pour aller récupérer les passeports vendredi.

Nous passerons par Greytown, superbe aire de jeux, comme dans toutes les villes que nous avons traversées. Parfois, nous avons l’impression de faire le tour de Nouvelle Zélande des aires de jeux ! Bref, direction Dannevirke. Non, nous sommes toujours en NZ ! Dans une ville fondée par un Danois, avec une aire de jeux ayant pour thème les vikings. Ca ne s’ invente pas ! Nous avons à proximité du camping, un parc de la découverte de la faune. On a vus cerfs, biches, canards, oies, coqs… Très agréable.
Nous arrivons le lendemain à Nappier, ville complètement reconstruite dans le style art déco suite à un tremblement de terre.
Nous passerons les 2 jours suivants à Taupo. Enfin, Lison et moi, car Olivier part pour Wellington. Environ 16h de bus, il a bien du courage !

En partant de Taupo, on veux faire quelque chose de sympa, on fait donc une étape àun peu au Sud de Rotorua, il y a d’après les guides un magnifique site géothermique. Ils y décrivent la présence d’un magnifique geyser qui a pour nom Lady knox, et autres sites offrants des couleurs exceptionnelles. Direction waiotapu, on va aller voir ca de plus près ! On arrive sur le site du geyser et on est un peu surpris de l’organisation des choses. Un grand amphithéâtre entour une cheminée calcifiée. Ok, on s’ assoit, comme tout le monde et on attend, les yeux rivés sur lady knox. 15 minutes après, la personne qui s’ était occupée de ranger les voitures sur les parkings, arrive avec un micro. Je suis un peu préoccupée pour sa sécurité quand il se plante à moins de 2 mètres du geyser. En fait, il ne risquait rien puisque après nous avoir fait son speech et avoué que lady knox n’est pas un vrai geyser, il a vidé un sac de je ne sais quoi dans la cheminée et 1 minute après, en est sorti de la mousee, des bulles de savon, certes a quelques mètres de haut mais bon. On est partis en râlant, comme beaucoup ! Mais on a quand même décidé de faire le reste du parcours même s’il nous paraissait amer ! Le reste était beau, coloré, il faut être honnête !

Nous arrivons à Hamilton, où nous peinons à trouver le camping. Heureusement, 2 agents de sécurité d’une station de bus nous expliquent longuement et patiemment la route à suivre. Vraiment sympa ces néo zelandais !
Nous passons nos deux derniers jours à Auckland, le premier soir au bord de la mer dans un bel endroit et le dernier en centre ville avec un couple que nous avions rencontré à Malaca en Malaisie. Ca fait plaisir de les retrouver !

Voilà, il ne nous reste plus qu’a prendre l’avion pour une escale à Singapour !



l’île du Sud

Nous avons fait une bonne virée sur l’île du Sud.
Ce fut rapide mais on a vu plein de choses. Voici un petit résumé de cette île qui vaut le trajet à elle seule. A vos atlas !

Christchurch-Springfield en ayant fait un détour par Akaroa qui est un village à la française. Très joli coin, superbe vue depuis les montagnes y en arrivant.

Springfield-Rapahoe sur la côte Ouest, en passant par Artur’s pass. Paysages de montagne tout simplement superbes. Nous verrons même un Kea qui est un perroquet sauvage en voie d’extinction.

Rapahoe-Westport, après la montagne, le bord de mer.

Westport-Ruby Bay, retour dans les montagnes pour aller vers le Nord. Nous verrons des formations rocheuses qu’ils appellent »pancakes » mais que nous trouvons reducteur. Je préférerais les appeler « tas de crêpes ». Olivier sera fier de prendre la pose la main sur une fougère arborescente. Et nous nous arrêtons dans un camping pour « culs nus » ! Tout va bien, il faisait un peu frais et tout le monde sortait couvert!

Ruby Bay-Motueka légèrement plus au nord ouest.petite étape mais ca nous a fait du bien de profiter un peu de cette journée à faire de la balançoire, du toboggan et des escaliers.

Motueka-Okiwi bay, si vous trouvez, vous êtes forts ! C’est tout perdu, pas touristique mais magnifique.

Okiwi bay-Hauwai au sud de Blenheim, on espérait voir des otaries à défaut de pouvoir monter sur un bateau pour aller voir les baleines (Lison est trop jeune). On a refait des km vers Kaikura après avoir trouvé le camping sans succès ! Ceci dit, on aura trouvé une magnifique plage déserte de sable noir avec des morceaux de bois flotté un peu partout. Nous en avons ramassé quelques uns en forme de galets qui servent de jouets à Lison.

Nouvelle Zélande île du Sud
Album : Nouvelle Zélande île du Sud

16 images
Voir l'album

 

Voilà, 8 jours viennent de s’écouler sur l’île du Sud, passons à celle du Nord!



Le van

Finalement, le chauffeur est bien venu nous chercher à 10h pétantes comme convenu la veille. Partons à présent à la recherche du van parfait !
Après avoir essayé à plusieurs endroit, le chauffeur nous dit qu’il en connaît qui ne sont pas trop chers. Allons y, on verra bien !

Bon, a défaut de van, nous aurons un genre de monospace Toyota rouge orangé. On signe, on prie pour que les plafonds des CB ne soient pas encore atteint. Ca fini par passer après quelques essais ! On a bien eut chaud !

On quitte le chauffeur qui insiste pour qu’on ne le paye pas cette fois ci… Bon, c’est gentil de sa part ! Nous voici dans la voiture, il va falloir faire du rangement pour que ce soit vivable, en plus, seule Lison peut tenir debout dans la voiture, excepté sur le lit, je vous laisse imaginer !

Le van dans 05 Nouvelle Zélande dsc04479-300x225

Aujourd’hui ce sera courses et recherche du 1er camping, on n’a pas envie de chercher LE petit coin sympa à la tombée de la nuit, ce sera donc camping tous les soirs.



Nouvelle Zélande 1ère partie

Je m’y prend un peu tard pour faire cet article mais bon, c’est mieux que jamais.
Donc, reprenons au début.

Nous sommes arrivés tard à wellington et direction l’hôtel qu’ Olivier a eut la bonne idée de reserver. On nous donne les clés et hop, on va pouvoir coucher Lison à 1h du matin, c’est assez nécessaire ! Olivier pousse la porte de notre chambre, il passe la tete et voit la tele alume, fait une drôle de tête et referme la porte tout doucement en pouffant de rire. En fait, il y a déjà un chinois dans notre chambre qui dort profondément et que nous n’avons même pas réveillé! On redescend à la réception, là, j’essaye de me faire comprendre sans pour autant comprendre les réponses. Finalement, on a une autre chambre, oui, on allait pas partager avec un inconnu !

Nouvelle aventure, nous prenons le ferry. Rien d’excitant, mais des paysages à couper le souffle me dira Olivier quand je me reveillerai 5 minutes avant d’arriver… Je verrai ca à la prochaine traversée, j’ai droit à une seconde chance. Nous arrivons à Picton au nord de l’île du Sud, nous attendons à la gare notre train qui nous amènera jusqu’à Christchurch. Sur l’unique quai de la gare de Picton, nous voyons arriver un train flambant neuf avec des fenêtres jusqu’au dessus de nos têtes et un wagon complètement ouvert pour profiter du grand air et des paysages. Le voyage est magnifique, et cette fois ci, personne ne dort.
On arrive à Christchurch, on veux prendre le bus jusqu’au centre ville puisque nous n’avons que 20 dollars en poche. Finalement, une navette nous accepte pour 5 dollars par personne au lieu de 25, et nous demande où on veux aller. Ce fut son erreur, car nous n’avions rien réservé d’avance et il nous à promené dans la ville à la recherche du dernier hôtel encore debout et libre. En effet, nous avions oublié qu’un double tremblement de terre avait frappé la ville il y a peu ! Il a tourné 3heures, passant des coups de téléphone à tous ses contacts, Lison en avait plus que marre et commençait à vraiment craquer. En désespoir de cause, il a appelé sa femme pour lui demander de préparer la chambre d’amis. Finalement, la dernière tentative fut chez un de ses ami qui avait décidé de fermer quelques temps son bed and breakfast mais qui a accepté de le rouvrir pour nous ! Nous l’avons donc partagé avec un suisse qui était aussi organisé que nous !
Pour finir, on a redonné de l’argent au chauffeur pour sa patience et sa gentillesse.
Il nous propose même de venir nous chercher le lendemain matin pour partir cette fois ci à la recherche d’un van ! Il est motivé ou va nous poser un lapin…

A voir !



on vit encore

Juste un petit message pour vous dire que tout va bien. Mais la vie est chere, ici. Même le Wi-Fi, ca coute un bras… donc, on campe dans des campings rustiques, donc… pas de news… mais tout va bien

La bise



On a testé pour vous

Ce matin, on tente pour la troisième fois d’aller au parc ornithologique de Kuala Lumpur. Nous avons fait deux autres tentatives les jours précédents.
La première fois, le temps n’était pas en notre faveur. En effet, arrivés à mis chemin, une bonne grosse pluie comme ils savent faire en Malaisie. Nous sommes tous les trois complètement trempés. Résultat, nous nous abritons donc et nous essayons de secher en prenant un café.
La deuxième fois, le temps n’était pas en notre faveur non plus. Arrivés à mi-chemin, Lison s’endort…
Mais ce matin, c’est la bonne ! Le ciel est bleu et Lison est en pleine forme. Tout se passe très bien, Lison adore les volatiles ! Mais, on se rend vite compte avec Olivier qu’on a raté quelque chose dans son apprentissage ornithologique ! Oui, Lison prend tous les oiseaux pour des galinacés ! Un paon est donc un coq, ainsi que l’autruche ou la perruche. Ceci dit, elle fini par comprendre son erreur et le paon devient le « pap »! Bon, on accepte !
Comme la volière est gigantesque, on s’arrête boire un café (oui !) au milieu des oiseaux qui atterrissent sur la table ou les bancs en faisant de belles glissades. Nous degustons donc nos bons cafés en nous accrochant à nos gobelets quand tout à coup, Olivier sursaute. Je ne comprend pas ce qui vient de se passer et je ne fais pas de liens avec la petite peruche qui vient d’atterrir à côté de la table. En fait, c’est une peruche très amicale qui aime le contact avec les humains.
Au bout de 2 minutes de discussion intense avec Olivier, elle fini par accepter de venir se reposer sur son épaule.
Mon tour viendra ensuite. Lison demande à la perruche de venir sur son épaule aussi mais sans succès. Ceci dit, j’ai l’impression qu’elle imagine que la perruche s’est posée sur son épaule aussi car quand on en reparle, elle nous montre son épaule et dit « Lison ».

Pour la suite de la journée, nous avons testé les coiffeurs. Olivier a plus d’expérience que moi en la matière mais c’est toujours la même chose. Donc chez les coiffeurs-barbiers ça se passe comme ça :
Tu entres, tu demandes s’il peux te couper les cheveux et te raser.
Tu t’assois et c’est parti, il te coupe les cheveux. C’est un peu stressant car tu ne sais pas quelle coupe il va te faire ! Une fois la coupe treminée, tu la veux plus courte ? Ok te dit-il tout en t’enlevant les derniers cheveux collés dans ton cou à grand coup de serviette. Bon, ben finalement c’est bien comme ça !
Ensuite, c’est la barbe.
Là, plusieurs possibilités :
Si c’est un chinois, tu en as pour une bonne heure, sa lame ne sera pas aiguisée (moins de poils au mentons pour nos amis chinois), il te rasera le visage entier avec minutie et patience, il n’oubliera pas de te raser juste sous les yeux et le front bien entendu. Bon, Olivier ne choisi plus les chinois même s’ils font du bon boulot, mais il a peur d’avoir de la barbe juste sous les yeux, voire sur le front !
Si c’est un indou, en 10 minutes maxi c’est fini. Et assez bien fait. Bon, il ne faut pas oublier de demander les finissions sinon tu risques de repartir avec les petits cheveux dans la nuque, ca fait pas très net !
Tout ça pour la modique somme de 20 ringits, soit 5 €.

Mon expérience chez le coiffeur chinois fut elle aussi amusante.
Tu entres, tu t’assois, on t’apporte un thé et des magazines. Tu les feuilletes rapidement pour trouver une coupe qui pourrait aller. Tu ne trouves pas et tu sursautes quand tu sens de l’eau te couler sur la tête. Ha, un jeune homme a décidé de me faire le shampoing sur le fauteuil directement. Il a une sorte de bouteille en plastique (genre bouteille de ketchup dans les cafeterias) remplie de shampoing et d’eau. Et il te masse, le crâne, derrière les oreilles, le cou, la nuque et il recommance inlassablement. Ca dure un bon moment et tu as de plus en plus de mousse sur la tête. Tu te demandes comment il va enlever tout ça ?
Moi aussi, je me suis posé la question. Hé bien, tu te lèves et tu vas au bac ! Mais pas n’importe quel bac, un super bac ! Mieux qu’en France où ca te casse la nuque. Ici, tu es quasiment couchée et ta tête est sur une pente légèrement inclinée. Trop bien. Une fois rincée, tu retournes t’assoir. Tu recherches encore un peu une coupe et quand tu te sens observée, tu te rends compte que cette fois-ci c’est une jeune fille qui se tient derrière toi. Elle prend le sèche-cheveux, le jeune homme de tout à l’heure la rejoint, prend lui aussi un sèche-cheveux. Et c’est parti pour un double séchage. Rapide, efficace. Enfin, efficace, seulement si tu as besoin de volume ! J’ai la tête d’un playmobil qui a voulu tester la mise en plis et le brushing !
La, question, qu’est ce qu’on fait ?
-Court, comme ça. (je montre un modèle)
-Non, tu es fine de visage, ca n’ira pas!
-Si, et très court s’il vous plait.
Elle commence par les côtés et ca me fait glousser car il me reste de la longueur dans la nuque et je ressemble à Davy croket…
Fin de la coupe, le jeune homme ouvre le pot de cire, le tend à la coiffeuse, le referme, attrape le miroir et attend le signal de la coiffeuse pour me montrer le résultat. Très bien pour 60 ringits soit 15 €.

Pour finir la journée, on a mangé dans la rue. Et en voulant rentrer, nous sommes pris au milieu d’un défilé de dragons de toutes sortes au bruit des pétards et des tambours. Super comme soirée !

La bise.



123456

Ideepaienne |
Gle3 |
Oceania Connection |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lilotbambou
| Kangourouroz
| voilieroboedamore